38 – La crise

Ecouter

Lire

On dit que c’est la crise,
et tu ne réponds pas.
Tu as fait tes valises, tu
crois que tu t’en vas.
Depuis que tu es sur terre, on
t’ordonne de te taire.
Et tu restes là,
au seuil du premier pas.
Ils parlent de la crise,
mais tu ne les entends pas.
Ça fait vingt ans que tu t’enlises
dans un mystérieux combat.
Il y a d’autres guerres
mais tu préfères te taire. Et tu restes là,
avec ton sabre en bois.
Et tu vois un ennemi
en chaque ami que tu as trahi.
Et tu confonds le jour et la nuit,
démuni d’alibi,
en quête d’un abri.
Tu veux traverser la crise,
ne plus te prendre pour toi.
Mais tu poses des balises
pour revenir sur tes pas.
Il y a des adversaires
qui ne veulent pas se taire
et qui restent là
pour énoncer la loi.
Ils disent : « Vive la crise ! »,
et tu ne supportes pas
qu’un beau jour ils élisent
un autre chef que toi.
Trop tard pour fuir cette terre,
trop tard pour ne plus te taire.
Alors tu restes là,
et tu ouvres les bras.
Mais tu vois un ennemi
en chaque ami que tu as trahi.
Et tu confonds le jour et la nuit,
démuni d’alibi,
en quête d’un abri
(…)
Trop tard pour fuir cette terre,
trop tard pour ne plus te taire.
Alors tu restes là,
et tu ouvres les bras.

Télécharger

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.