43 – Zéro à l’heure

Ecouter

Lire

Quand tout s’envole,
que je reste là,
et que même l’alcool
ne me tend plus les bras :
je vois une lumière,
j’entends des partenaires,
il ne faut pas se taire.
Le monde est à moi depuis que je respire.
Il se passera de moi à mon dernier soupir.
Adieu les illusions !
Bonjour les concessions !
Brûlent, brûlent les passions !
Fument les déceptions …
Quand j’ouvre la fenêtre,
je vois passer les traîtres :
ils aiment se faire connaître.
Le monde est à eux, et ils me font des signes.
Je deviens comme eux, ils m’offrent leurs insignes.
Un jour sans doute,
je n’aurai plus peur
de suivre la route
à zéro à l’heure ; (alors)
plus besoin de lumière
pour voir les adversaires,
j’aurai appris à me taire.
Le monde est à moi, le monde est mon rêve.
Mais il ne m’attend pas, et mon rêve s’achève.
Le monde est à moi, le monde est mon rêve.
Mais il ne m’attend pas, et mon rêve s’achève.
.
Le monde est à moi, le monde est mon rêve.
Mais il ne m’attend pas, et mon rêve s’achève.
Le monde est à moi, le monde est mon rêve.
Mais il ne m’attend pas, et mon rêve s’achève.

Télécharger

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.