58 – Le milieu

Ecouter

Lire

Demain matin mon petit vieux
en ouvrant les yeux
tu s’ras surpris d’apercevoir
ce qui traîne au milieu :
du bien laqué, du bien lustré,
tout c’qu’on fait de mieux ;
du bien ciblé, du bien criblé,
vraiment du sérieux.
Oh oooooh
surtout n’hésite pas.
Tout le décor te tend les bras,
alors détends-toi,
détends-toi,
détends-toi !
Tout est prévu comme tu le sais,
prends pas l’air surpris !
Mais rien n’est dit et rien n’est joué,
ça va rebondir.
Tu prends c’qu’est là, tu le prends pas,
tu fais c’que tu veux.
Mais n’va pas dire au coin du bois
que t’es malheureux.
Oh oooooh
ne compte que sur toi.
Il faut payer une fois pour voir,
mais que veux-tu voir ?
Veux-tu voir ?
Veux-tu voir ?
Au coin du bois, derrière l’allée,
il y a une clairière.
Les rois d’une fois sont assemblés
et baissent les paupières.
Ils ont régné, ils ont prouvé,
ils n’ont rien gagné.
Ils sont rev’nus plus que fourbus
oui mais soulagés.
Oh oooooh
va leur porter de l’eau !
C’est bientôt toi que l’on verra
ainsi assoiffé,
assoiffé,
assoiffé !
Demain matin mon petit vieux
en ouvrant les yeux
tu s’ras surpris d’apercevoir
que t’as changé d’milieu.
La table est rase, y’a même plus d’table,
ça devient sérieux.
La page est blanche, il y a de l’encre,
tu te prends au jeu.
Oh oooooh
Surtout n’arrête pas.
Écris la loi avant les rois,
surtout n’attends
n’attends pas
n’attends pas !

Télécharger

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.