65 – Cimetière & Co

Ecouter

Lire

T’as flambé tes salaires,
balancé tous tes sous.
Tout l’monde était ton frère,
tout l’monde t’embrassait beaucoup.
Jusqu’à l’heure où l’on flanche
t’as voulu tenir le coup.
Puis t’as scié toutes ces planches,
rassemblé tous ces clous.
C’est drôle, y’avait d’la foule pour boire un verre,
mais plus personne aux portes du cimetière. (bis)
Tu as remué la terre,
creusé des fondations,
et apporté ta pierre
pour construire la maison.
Quand t’as voulu dormir,
ce n’était plus de saison.
Au grand jeu de l’avenir
t’as plus l’droit aux jetons.
Derrière les volets clos fument les soupières,
et tu cherches en vain ta place au cimetière. (bis)
T’as négocié les prix,
surveillé les troupeaux,
obtenu des garanties
pour la viande et la peau.
Mais tu manques d’allure
avec ton vieux manteau.
Et tu marches sans chaussures,
pour toi le cuir est trop beau.
La chaux sera ton linceul et ta bière
dans la fosse commune du cimetière.(bis)
Tu n’as plus à t’en faire,
le village est cerné.
Avec ces militaires,
y’a pas à discuter.
Les habitants se rendent,
ils ont leur dignité.
Mais bien que tu t’en défendes
t’as gardé un pistolet.
Ton sang va couler sur cette terre,
mais ils ont gardé la clé du cimetière. (bis)

Télécharger

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.