74 – Très beaucoup plus mieux

Ecouter

Lire

Si l’on mettait ceux du château
à nettoyer les caniveaux
et à ramasser les mégots,
eux qui n’ont jamais courbé le dos ;
si on les faisait travailler
et s’il leur fallait transpirer
et puis affronter les dangers
dont ils sont si bien protégés :
ce serait très beaucoup plus mieux,
très beaucoup plus mieux.
(sans nul doute) très beaucoup plus mieux,
très beaucoup plus mieux.
Si tous les donneurs de leçons
qui pontifient dans les salons
devaient mettre en application
ce qu’ils conseillent aux tâcherons ;
s’ils pouvaient alors respecter
ceux qu’ils ont longtemps humiliés,
s’ils apprenaient à réparer
ce qu’ils ne savent que casser :
ce serait très beaucoup plus mieux,
très beaucoup plus mieux.
(je répète) très beaucoup plus mieux,
très beaucoup plus mieux.
Si l’on montrait aux écoliers
qu’il est possible de conjuguer
le verbe « être » en priorité,
le verbe « avoir » à l’imparfait ;
si les donneurs de devoirs
dégringolaient de leurs perchoirs,
le nez collé sur le trottoir
s’ils acceptaient enfin de voir :
ce serait très beaucoup plus mieux,
très beaucoup plus mieux.
(je confirme) très beaucoup plus mieux,
très beaucoup plus mieux.

Télécharger

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.