75 – Le stratagème

Ecouter

Lire

J’ai ciré toutes les chaussures,
poussé les gosses à bouger.
Ils ont cru à l’aventure,
mais ils n’allaient qu’au marché.
En partant à toute allure,
ivres morts de liberté,
ils ont percuté le mur,
saigné comme des condamnés.
J’ai pas perdu la raison.
J’construirai pas de prisons.
Même sans clefs, même sans maison,
la jeunesse est de saison.
Ce qu’a fait ma main,
je l’ai refusé,
mais cela s’est fait quand même.
Des millions d’humains
ainsi abusés
se font prendre au stratagème.
Hier soir j’me suis couché,
le coeur au chaud dans ma tour.
Au matin j’suis réveillé
par le vacarme dans la cour.
Dans la nuit j’ai du rêver
qu’en bradant tous mes amours,
gant de fer, partie de dés,
je garderais le velours.
Je résiste à la menace.
J’ai pas peur du face à face.
J’peux bien quitter mon palace,
mais c’est la suite qui me glace
Ce qu’a fait ma main, je l’ai refusé, mais cela s’est fait quand même.
Des millions d’humains ainsi abusés se font prendre au stratagème.
Décidé à résister,
à déchirer le scandale,
je prends pied sur le rocher,
je guette toutes les voiles.
Y’a pas lieu de s’énerver,
de crier « gare aux vandales »,
nous sommes tous des réfugiés,
toutes les frontières se valent.
J’ai pas oublié l’histoire.
J’ai pas perdu la mémoire.
Ceux qui tremblent dans le noir
ont besoin des isoloirs.
Ce qu’a fait ma main, je l’ai refusé, mais cela s’est fait quand même.
Des millions d’humains ainsi abusés se font prendre au stratagème. (bis).

Télécharger

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.