92 – La brèche

Ecouter

Lire

T’es descendu dans la vallée
foulant la mousse sous tes pieds, pas vrai ?
Ce sont maintenant les rochers
qui te chuchotent d’avancer.
Mais tu hésites à plein poumons
entre l’aval et puis l’amont (et puis l’amont).
Ouvre la brèche de tes dix doigts, n’écoute pas
ceux qui te disent de t’installer, ne reste pas
assis au bord de ce ruisseau, sans eau.
Tu tiens les rênes du cheval.
Tu marches au pas de l’animal, pas mal !
Et c’est sans regret vers l’aval
Que te mène la voie royale.
Mais sans hésiter tu t’écries :
« plutôt l’éperon que l’écurie ! » (l’écurie !)
Ouvre la brèche de tes dix doigts, n’écoute pas
ceux qui te disent de t’installer, ne reste pas
assis au bord de ce ruisseau, sans eau.
Te voilà donc dans cette auto
qui te conduit jusqu’au château, trop beau !
Ce sont maintenant les flambeaux
qui tracent la voie du tombeau.
Même si t’hésites, il faut choisir
entre jadis et devenir (et devenir).
Ouvre la brèche de tes dix doigts,
n’écoute pas ceux qui te disent de t’installer, ne reste pas
assis au bord de ce ruisseau, sans eau

Télécharger

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.