V

VALLÉE

On ne monte ni ne descend. On change de vallée, voilà tout.

Camper coûte que coûte sur la montagne quand les troupes convergent trop manifestement vers la vallée.

Du fond de la vallée, refaire le monde de l’après comme avant ou comme peut-être ? Avec de bonnes ou de mauvaises raisons de se taire, ou de parler ? Et de rejoindre un jour les cimes, sans avoir nécessairement l’intention de les repeupler autant que les vallées.

VEILLEUR

C’est quand il se sent fort que le veilleur est faible.

VENGEANCE

En matière de vengeance, la flèche importe plus que la cible. Préservé de la tentation de détruire, l’archer ne fait que rendre le baiser qu’il a reçu.

VENT

Le vent ne souffle ni du passé, ni du futur.

Nul ne voit le vent, ni ne sait d’où il vient, mais chacun peut en privilégier et parfois en exploiter les multiples manifestations à la surface de la terre et des eaux. Alors comment le définir ? Le saluer ? Lui parler ? Faire allégeance ou opposition à son absolu et intangible pouvoir ?

Tout peut appartenir au Prince, hormis le vent.

VERBE

Au commencement était le Verbe, à la fin juste la Mort. Ce qui n’explique pas tout.

VÉRITÉ

Ce qui doit arriver finit par arriver, et à cela peut se reconnaître la vérité.

La vérité est au bout, et non pas au début, du chemin. En cas d’aller-retour, elle est donc plutôt dans le retour que dans l’aller, ce qui est d’ailleurs bien dommage.

VICTIME

La victime d’un méfait trop célèbre peut devenir dangereuse à son tour. C’est ainsi que la faiblesse des violents nourrit la force des victimes.

VIE

Que faire d’une vie qui vous a été donnée avec la plus extrême réserve ?

La vie, c’est ce qui se produit quand on espère autre chose.

La vie est le temps qu’il nous faut pour apprendre à tolérer le doute.

Une vie pour tout faire, une vie pour ne rien faire, et une troisième pour raconter les deux autres.

VIEILLIR

Corps de sucre, marée montante : vieillir.

Dès l’enfance, je n’ai eu de cesse de m’employer à vieillir. Non sans succès.

VIEUX

Il faut profiter de la vie tant qu’on est vieux.

Devenir vieux : renoncer à être perçu comme utile ou agréable, mais continuer à proposer sa présence.

Il faut profiter de la vie tant qu’on est vieux.

VIGILANCE

Vigilance au cœur du rêve !

VILLE

Commenter les pannes d’électricité au cœur des grandes villes, et consigner les éventuelles suppléances.

Les flaques d’eau sont les premiers et les derniers miroirs que les villes se tendent à elles-mêmes pour contourner leur reflet.

La ville commence par rassembler et finit par isoler. Comment y être soi sans être seul ? Y vivre ensemble est à meilleure portée (simple affaire de projet politique).

Une grande ville est une ville à la hauteur des enfants.

VIRAGE

Tragique et magnifique est ce moment de la prise de virage où l’on est à ce point sur la corde que l’on sait ne pouvoir éviter de sortir de la route.

VIOLENCE

L’étrange propension des héros de la non-violence à mourir assassinés révèle la violence qui se cache dans la volonté d’interrompre trop tôt l’expression des hostilités.

Je suis, tu es, il ou elle est violent.e. Parfois, souvent, toujours. Par dépit, par défi, par déni. Reconnaître les causes, les circonstances, les conséquences de la violence ; en tous lieux, en tous temps, sous toutes ses formes : conditions préalables à son éradication.

Il n’est pire violence que celle qui donne à penser que l’on mérite les coups que l’on reçoit.

VISIBLE

Sous le visible, combien de couches d’invisible ?

VITE

Que de temps perdu pour avoir voulu aller trop vite !

VIVRE

Je vis, donc je vis.

J’ai hâte de pouvoir vivre lentement.

Vivre consiste à apprendre à mourir en paix.

Savoir vivre seul pour savoir vivre ensemble, et réciproquement.

Je ne vis pas : je suis vécu. La ligne de front bouge en même temps que j’avance.

VOIR

Refuser de voir ce qui est, de peur que ce qui est bientôt ne disparaisse.

VOLONTÉ

La main trace ce que la volonté dessine.

VOULOIR

A moins de vouloir le non vouloir, savoir ce que l’on veut rend souvent malheureux.

Si je peux, je dois. Et si je dois, c’est que je veux. C’est donc si je peux que je veux. On a pourtant longtemps tenté de me faire croire l’inverse…

VOYAGE

La plupart des voyages ne mènent qu’au voyageur.

VRAI

Tout ce qui est dit est vrai

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.